58-5901b209405097

Vélos en bambou de Vo Tân Muoi, Hôi An.

Exit le traditionnel vélo de fer, les touristes qui visitent le vieux quartier de Hôi An (province de Quang Nam, Centre) peuvent dorénavant s’essayer au vélo en bambou. L’initiative revient à Vo Tân Muoi, paysan vivant dans la commune de Câm Thanh, ville de Hôi An. 

Le nom de Vo Tân Muoi n’est pas étranger aux habitants de la ville de Hôi An. Cet homme de 72 ans a choisi un loisir assez spécial pour son âge : fabriquer des objets d’art et d’artisanat comme des lits, tables et autres chaises en feuille de noix de coco et en bambou. Ses produits sont vendus non seulement à Hôi An mais aussi dans différentes localités du Vietnam et à l’étranger. Parmi eux, les touristes apprécient tout particulièrement les vélos en bambou. «C’est la première fois que j’ai l’occasion de prendre un vélo en bambou. C’est vraiment particulier et intéressant pour moi. Je pense que ce vélo est un produit proche de la nature et de l’environnement», confie Duong Anh, touriste venu de la province de Quang Binh (Centre). 

Les vélos made in Vo Tân Muoi disposent d’un cadre et de guidons en tre gai (bambou à épis retombants). Les bambous de ce type sont assez rares au Vietnam. Parmi une dizaine de pousses de bambous traditionnelles, seules une ou deux possèdent des épis retombants. Ces dernières sont caractérisées par un tronc épais, solide et souple, qui convient à la fabrication des cadres de vélos. 

Un mois environ est nécessaire à l’élaboration d’un vélo de ce type. Après avoir sélectionné une plante de bambou à épis retombants, notre artisan doit la sécher afin d’éviter les moisissures. Tout le processus de fabrication d’un vélo est manuel et coûte environ 5 millions de dôngs. 

Des vélos de sport exportés aux Pays-Bas

Récemment, Vo Tân Muoi s’est mis à la fabrication de vélos de sport disposant d’un cadre en tre gai, réservés plus particulièrement aux étrangers. Cette fabrication est plus compliquée : elle nécessite des calculs car les étrangers sont plus grands que les Vietnamiens. Tout doit être repensé : le guidon, la hauteur du vélo ainsi que sa capacité à subir un poids important. Fort de son expérience et d’une connaissance profonde du bambou, l’artisan connaît un grand succès. 

Les premiers vélos de sport disposant d’un cadre en tre gai ont vu le jour et deux ont déjà été exportés aux Pays-Bas. Le prix d’un vélo de ce type est de 25 millions de dôngs lorsque contre plus de 60 millions de dôngs pour un vélo similaire fabriqué à l’étranger. 

À l’heure actuelle, Vo Tuân Muoi continue de produire ses propres vélos pour les exporter à l’étranger. Il confie que dans un futur proche, il devrait conclure un contrat de fabrication de vélos en bambou avec un partenaire hollandais. Ce dernier en a d’ores et déjà commandé une grande quantité pour les mettre en service dans des circuits touristiques. 

Phuong Mai/CVN 

 

58-5901e109405331

Les produits made in Vo Tân Muoi disposent d’un cadre et de guidons en tre gai (bambou à épis retombants). Photo : Lê Lâm/Vietnamplus/CVN

58-5901e2094046475

Les premiers vélos de sport disposant d’un cadre en tre gai ont vu le jour récemment, deux ont même été exportés aux Pays-Bas. Photo : Lê Lâm/Vietnamplus/CVN